Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

26 février :

 

Au petit matin on se réveille au milieu de nulle part, autour de quelques cases. Un MAURITANIE-6381.JPGendroit désert…. Mais très vite les enfants tournent, nous saluent et viennent quémander gentiment. Un endroit agréable où l'on pourrait rester des heures à méditer....

Nous poursuivons notre route rectiligne, plate avec à perte de vue du sable et quelques épineux noueux.

Avant Ajoujt  des collines sombres barrent l’horizon. Puis ô miracle sans doute de l’eau et une grande tache verte : des palmiers.

Le petit ruban gris grimpe sur un plateau et nous voilà à Atar, Aurélien et Ahmed  MAURITANIE-6415.JPGnous attendent à la station.

 

 

 

MAURITANIE-6432.JPG

 

 

 

 

 

    Les pleins sont rapidement faits. On nous propose légumes et tomates mais refusons d’acheter aux prix demandés  10€ le kg et oui vous avez bien lu. Ils nous prennent pour des Américains ces Sénégalais.

Dés que tous les camping-cars sont là nous partons en convoi par la passe de N’tarazi et là une magnifique vue s’offre à nous. L’on découvre au détour d’un virage le village et toutes les cases.

 

MAURITANIE-6435.JPG

 

Installation au camp de base où les chibanis vont nous garder nos camping-cars. Une citerne d’eau est là à notre disposition. Comme vous pourrez le voir sur le diaporama le lieu est spendide, un vrai havre de paix vu depuis la passe.

Briefing chez Ahmed, mais comme nous sommes à pieds avons quelques difficultés retrouver le lieu et arrivons après la bataille.

 

 

             27 février :

 

 

DSC03053              Départ vers 9h en 4X4, nous sommes tous ensemble dans le gros 4x4x, avec Ahmed donc en tête de convoi.

MAURITANIE 6486             

 

 

 MAURITANIE 6470 Premier arrêt au village pour laisser notre linge à la laverie. Mon dieu quel modernisme !!! Tout se fait à la main et le repassage avec un fer à braise.

 

 

MAURITANIE-6490.JPG             

 

 

 

    

 

Une petite descente agréable et nous rejoignons une tente nomade, le thé nous est gracieusement offert ainsi que le lait de chamelle. En échange nous donnons quelques DSC03086.JPGvêtements et puis poursuivons notre balade dans les dunes. Paul conduit ainsi que Brigitte toujours volontaire. Nous sommes confortablement installés, Berbel à l’avant, nous autres au milieu et les hommes à l’arrière. Barbel n’est pas bien donc les quatre femmes passons à l’arrière et Jacqueline semble faire bande à part.

 

 

  

MAURITANIE-6506.JPG Confortablement installés, à l’ombre d’un acacia, sur les tables et chaises mis à notre disposition nous mangerons notre repas tiré du sac. Café ou thé sera offert par l’organisation. Pendant ce temps un pauvre mouton est tué et dépecé.

              Notre chauffeur se prénomme alias Gégé, puis c’est à mon tour, mais hélas sur piste donc un peu moins agréable.

              MAURITANIE 6532                                       

Arrêt au puits, l’occasion de donner de l’eau aux ânes qui attendent une âme charitable.        

             

DSC03117

 

 

 

Ahmed cherche une tente nomade, il n’est pas sûr de sa position… Peu importe pour nous c’est quand même l’imprévu. Il demande l’autorisation et le camp est rapidement installé. Cuisine et tente mess sont montées en un DSC03121clin d’œil, tables chaises et couverts aussi. Il est vrai que la plupart des hommes ont donné un coup de main, sauf certains, qui les mains dans les poches semblent surveiller.

             

MAURITANIE 6558 

 

 

 

   

MAURITANIE 6559 

Les tentes Quechua sont rapidement installées, matelas pour tout le monde. Jacqueline à des soucis avec la sienne elle semble très perturbée, Aurélien s’occupera de ce petit incident rapidement.

                                                    

                      DSC03123                                

  

Un feu est rapidement allumé, les morceaux de moutons sont emballés dans du papier d’alu et mis à cuire dans le sable recouvert de braises.

DSC03134             

 

 

 

 

 

 Nous patientons tranquillement en bavardant, en observant !! le temps passe si vite.    

DSC03136              Le mouton sera accompagné de riz aux poivrons, suivi d’une compote parfumée à l’orange avec cannelle et biscuit.

              La voûte céleste est d’une rare beauté nous ne la voyons jamais ainsi chez nous, on pourrait rester des heures à la contempler et à rêver dans ce petit lieu magique.

              Bien que ponctuée par de brèves interruptions la nuit sera bonne, Brigitte à toujours le mot pour rire, elle est extra.

              Nous retrouvons ainsi un peu l’esprit pionnier, nous redécouvrons les joies oubliées de l’étape, goûtons au charme d’un premier bivouac sous les étoiles et partageons l’expérience avec d’autres équipages. Nous sommes en pleine immersion au domaine du sable ponctué parfois par de petits reliefs tabulaires, différent les uns des autres par leur allure et leur couleur.

              Qu’elles soient ocre, jaunes, oranges ou blanches les dune vont être notre terrain d’aventure durant les prochains jours. 

 

 

              28 février :

 

 

              Le petit déjeuner est prévu pour 8h30. Il sera accompagné de pain frais, un petit plaisir fort agréable en plein désert.

              Les tentes sont repliées parfois avec quelques difficultés mais Guy et Aurélien sont toujours là pour mettre la main à la pâte.

              Depuis hier au soir nous avons deux hôtes Nicolas Thibaud qui est là pour un reportage sur le « Monde du camping car » qui sortira en octobre et Christiane, apparemment notre interlocutrice en France et tante d’Aurélien. 

              On peut d’ailleurs reprocher à nos responsables de ne pas présenter les nouveaux arrivants mais aussi de ne pas avoir présenté les participants ainsi que toute l’équipe. Cela nous semblait si évident.

              Une petite procession à pas feutrés dans le sable roux nous permet de rejoindre un beau jardin entretenu pas les nomades, un jardin aussi surprenant que MAURITANIE-6567.JPGmagnifique au milieu du désert. Les légumes y sont très beaux, voilà ce que l’on peut faire avec du soleil et de l’eau malgré le sable. Chacun achète carottes, betteraves, salades à un prix défiant toute concurrence 0,30€ le kg, approximatif bien entendu. Il y en a qui font encore les difficiles, décidément je finirai par croire que les camping-caristes sont des DSC03145.JPG

 

 

Notre chauffeur au jardin

 

radins…. Quand on connait le prix de nos véhicules (même si tous les retraités ne roulent pas sur l’or)…. Et en plus le prix des légumes en France, j ‘ai un peu honte pour eux… Il n’y a pas de petits profits….

                                                                       Avec Nicolas

 

Une nouvelle passe et une piste nous conduisent de  reg en erg et Jack est au volant. Sa conduite souple ne pose aucun problème aux passagers que nous sommes, tête dehors et cheveux au vent nous nous délectons de ces splendides paysages toujours changeants.

              Subitement voilà un arrêt improvisé à la cime d’une grande dune. Qu’allons-nous faire ? Super,  on va pouvoir dévaler la pente au volant du 4x4 de Guy, un MAURITANIE 6575gros Chevrolet ou monter à l’arrière. Brigitte et Huguette sont les deux premières volontaires à tenter l’expérience. Barbel hésite. Guy me laisse le volant super, mais moins impressionnant, le 4x4 semble glisser tout seul sur ce sable ocre. On fait plusieurs tours avec Brigitte, on s’amuse comme de petites folles.

             

 

 

 

MAURITANIE 6581

 

 

 Un petit moment agréable et convivial ce n’est pas tous les matins que l’on peut conduire un 4x4 dans le désert mauritanien.  MAURITANIE-6584.JPG

              Ah j’allais oublier : c’est ici que j’aurai mis le pied sur l’appareil photo d’un certain Monsieur…..nous avons donc déjà quelques mots. Dans les groupes il y a souvent le trouble fête....mais Guy sait remettre les choses à leur place.

              Nos 4x4 feront des petits détours mais trouverons enfin l’ombre nécessaire dans une palmeraie pour installer nos tables pour le repas de midi, près de MAURITANIE-6588.JPGnomades qui ne manquerons pas de nous rendre visite. Les repas sont copieux et variés, les crudités sont les bienvenues, tomates, carottes, betteraves concombres, puis nous continuerons par des morceaux de gigot et enfin mandarines en dessert. Café et thé comme de coutume.

              Après quelques kilomètres un nouvel arrêt vers Agouti, dans un jardin, encore plus beau que le précédent. Alors là encore une déception…. les légumes ne sont jamais assez beau pour certains…. Toujours le mêmes d’ailleurs.

              Notre 4x4 fume on remonte dans les autres et le problème semble résolu, il n’en sera pourtant pas ainsi, la suite nous le dira. D’ailleurs on à déjà des réflexions grossières d’une autre personne au sujet de tomates que l’on écraserait…. N’est-ce pas Brigitte… Tu n’oses plus bouger de peur de faire de la sauce….

              Ce soir un couple des Bouches du Rhône offre gentiment l’apéro, encore un plaisir simple mais convivial qui permet de se regrouper.

              Guy vient nous voir pour encaisser le montant du CD de Jacqueline, nous lui faisons part du manque de présentation des équipages. Aurélien et Christophe sont venus trinquer avec nous et surtout déguster saucisson et jambon (il y a si longtemps qu’ils ne sont pas rentrés en France qu’ils apprécient les goûts du terroir).

              Après deux jours de sable et de chaleur, les douches sont vraiment les bienvenues, l'eau ne manque pas, les organisateurs ont tout prévu. Nous pourrons  nous approvisionner à la citerne qui nous est destinée.

              Mes cheveux sont trop long, c’est sans doute l’occasion de tenter une coupe très courte. C’est chose faite, Paul prend sa tondeuse, mais Brigitte l’arrête et continue     au ciseau. C’est très bien pour des vacances dans le sable loin de la France.

              Notre terrain d’aventure est toujours le désert mais il  est changeant et magnifique, on peut partir où l’on veut sans crainte de se perdre en gardant malgré tout le cap du 4x4 précédent et l’on est toujours fasciné par l’âpreté du terrain et la beauté de ces paysages dénudés.

 

 

                         

              01 mars :

             

              Départ 8h30, toujours beau temps mais un peu de vent. Déception notre 4x4 n’est plus là, on se réparti dans les autres, mais le charme est un peu rompu. Nous nous trouvons Barbel, Brigitte et moi dans le 4X4 de Nicolas, pas mal mais nous aurions aimé rester ensemble. Nous conduisons chacune à notre tour c’est super, je garde même le volant pas mal de temps dans les dunes. C’est extra.

              Passons les gorges de Nouatil où la route est en réfection, il faut donc respecter des heures de passage. De magnifiques plateaux tabulaires, des canyons aux MAURITANIE-6624.JPGroches sombres et des cirques sableux dorés  nous offrent un festival de couleurs sahariennes. Ici personne ne craint le danger nos arrêts se font sous les rochers et personne n’y prend garde.

              Le repas de midi est pris toujours confortablement installés à l’ombre de quelques acacias récalcitrants. Les paysages de dunes et de rochers sont très beaux. Nicolas prend des photos nous profitons de virées rapides avec notre chauffeur.

              Les accompagnateurs tentent de séparer un peu les groupes. Paul se trouve dans un 4x4 où personne ne lui dit un mot, il ne se sent pas très à l’aise. Guy vient nous chercher pour monter dans le sien avec Brigitte, Barbel nous rejoint mais Guy ne semble pas ravi.

              Avec Brigitte nous voilà de nouveau au volant, c’est très agréable mais pas toujours facile de louvoyer entre les herbes sèches au milieu du sable.

 

          DSCN3801.JPG    Le bivouac se fait dans un lieu magique : un océan de dunes ocre qui ondulent au soleil couchant. L’endroit est magique on se sent infiniment petit dans cette immensité rougeoyante. On apprécie particulièrement ce lieu, on peut s’isoler, mettre sa tente où l’on veut, une impression de liberté et de tranquillité nous envahit. Dans ce labyrinthe de dunes, sculpté par le vent notre esprit vagabonde.

             DSCN3810.JPG Ce soir c’est la fête Mauritanie Aventure nous offre l’apéro : punch coco, punch mangue et punch au gingembre accompagné de toasts à la sardine et au curry. Nous y ajouterons quelques tranches de saucisson, qu’Aurélien, Guy et Christophe apprécient particulièrement. L’alcool aidant les esprits s’échauffent autour d’un feu de bois, les flammes dansent et jouent aux ombres chinoises c’est très convivial.

              Repas sous la tente mess qui a été installée en un clin d’œil : soupe genre chorbas avec beaucoup de petits légumes et de petits morceaux de viandes, en dessert gâteau au chocolat et crème avec supplément pour les gourmands.

              Ce soir c’est la fête tout le monde chante autour du feu, Christiane met de l’ambiance puis c’est au tour des Mauritaniens.

              Nous regagnons nos tentes, Brigitte rigole aux éclats, Lucien fait la dameuse pour réduire la pente et Jack tape sur son caillou pour l’enfoncer. La nuit sera fraiche et calme.

              On connaît là le plaisir d’un vrai bivouac au milieu de nulle part, presque sous les étoiles.

 

              02 mars :

 

           Pas de répit ce matin, sommes réveillés bonne heure,  sortons donc de nos sacs de couchage vers 7h. Pas un bruit, le calme règne, l’atmosphère est légère, lumineuse malgré l’absence de l’astre céleste. Quel bonheur d’ouvrir les yeux dans ce décor fantastique, de monter sur les dunes, de marcher sur leurs crêtes et de fouler ce sable doux mais encore froid qui glisse sous nos pas. Tapis après d’une dune accueillante les méharistes sont sous leur "kheima" les tentes maures et prés deux quatre dromadaires se prélassent en attendant leur charge. Une belle descente à pas chaloupé nous amuse, nous décontracte, puis une rude montée dans ce sable mouvant qui s’efface sous nos pas, donc deux pas en avant, un pas en arrière. Puis la routine des bivouacs, on plie sa tente, on range, on discute et l’on prend son petit déjeuner.

              Le chef, Guy pour ne pas le nommer fait une nouvelle annonce qui tombe comme un couperet : nous devons changer du 4x4. C’est alors la bagarre, toujours le même (je ne nommerai personne mais chacun sait de qui je parle) se plante devant le grand véhicule et sa femme devant le petit que nous avions la veille. Le problème ne s’était pas posé pour nous car dès le troisième jour nous avions déjà changé, pour cause de panne, il est vrai !! et nous voilà dispatché, ce n’est pas toujours agréable mais c’est ainsi la vie en groupe. Franche engueulade avec les Bretons qui a d’ailleurs failli tourner aux mains. La moutarde me monte au nez dès qu’il aborde le sujet de l’appareil photo et de pieds emmêlés dans la corde, alors que j’avais bien pris la précaution de l’éviter. Laissons donc faire ce caractériel, Guy va se charger d’y mettre bon ordre.

              Bref il squatte notre 4x4 de la veille et nous le sien, 4 femmes dans la partie centrale mais il vire Nicolas devenu gênant. Certains, sans gêne et de plus « cafteur » cramponnent le volant prétextant qu’il ne l’on pas beaucoup eu la veille. Pas grave on ne va pas s’attacher à de si petits détails, la vie est belle, le paysage grandiose et malgré cela règne une bonne ambiance, sommes seulement parfois déçus de certains comportements. C’est ainsi la vie  en groupe, il faut parfois accepter. Arrêt chez les nomades, massages pour certains ou certaines, une peu hard apparemment.

 

MAURITANIE 6656DSCN3867                                                                                         

                    Arrivée à Chinguetti en fin de matinée, à l’auberge de nos responsables, pas mal pour une structure en plein désert, quelques chambres en dur, quelques "kheïmas" par couple ou pour deux ouples. Nous seront avec Jack et Barbel. MAURITANIE-6668.JPGD’autres tentent de s’éloigner et « copine » autrement…pas de problème !!! idem au repas. Repas qui sera pris sous le treillis, construit par Aurélien. Nous sommes très bien installés et il est très agréable de se prélasser un peu protégé du soleil. Grand plateau de crudités et mandarines.

                                                  DSCN3872.JPG 

 

L’arrivée sur Chinguetti est majestueuse et on distingue de loin l’imposante masse de dunes de l’erg Ouarane, Chinguetti l’ensablée y semble à la fois coincée et blottie. Ces dunes font à la fois le bonheur de cette ville pour sa vision irréelle proposée aux touristes friands d’exotisme mais aussi son malheur car la ville vie en permanence sous la menace de ce sable qui l’envahit inexorablement comme les vagues figées d’un océan de dunes. Chinguetti est l’ancienne capitale des pays des  Maures  et une capitale religieuse.

              L’on distingue très bien l’oued qui sépare les constructions récentes de la vieille ville. C’est après midi « les trois grâces » iront en ville avec Kalia pour acheter de l’eau, nous serrons les seules, 12bouteilles pour 2400um soit environ 8€. Kalia est une jeune fille de Chingetti que l'on voit sur les publicités de Mauritanie Aventure. Jusqu’à 16h nous avons  quartier libre. Chacun s’occupe à sa façon, carte, sieste.

           Nous partirons donc visiter la vieille ville à travers ses rues ensablées et nous seront assaillis par beaucoup de jeunes curieux. La visite d’une bibliothèque et de la mosquée s’impose. En effet elle renferme de nombreux manuscrits, vieux de 1000 ans. Ces MAURITANIE-6680.JPGdocuments étaient utilisés par des érudits qui étudiaient ou enseignaient ici.

 

MAURITANIE-6683.JPG

 

 

 

 

  C’est en déambulant dans les rues ensablées et obstruées par des éboulis que l’on peut imaginer ce qu’a été cette ville. La mosquée est un superbe en pierres sèches c’est un des seuls édifices encore intact.

 

MAURITANIE-6691.JPG

 

              C’est ensuite en 4x4 que nous irons voir le coucher de soleil sur l’erg Ouarane inquiétant par son immensité et les dégâts qu’il provoque mais reposant et rassurant par le calme qu’il procure. Quel plaisir de rester là à contempler et peut être à méditer et devant cette grandeur l’on se sent un peu grain de sable à la fois léger mais instable.

              Repas du soir en plein désert, cuisses de canard confites, succulentes en ce lieu. Soirée avec tam-tam et musique locale, nos accompagnateurs se déchainent et tentent d’entrainer tout le monde.DSCN3887.JPG

 

       Préparation du repas

 

 

 

 

DSCN3953

 

La dégustation .... 

 

 

 

 

 

DSCN3952.JPG          

 

   

 

 

   

  Brigitte reçoit les amis et parents de Mariette elle fait très couleur locale…..

  

 

 

      

         

               03 mars :

 

                        Ce matin est une matinée cool, nous arpentons la ville nouvelle, seront hélés par des vendeurs qui tentent de nous convaincre d’achter, mais en réalité il n’y a pas grand-chose.

   receveur                     Nous visiterons la poste où le receveur accueillera Jacqueline, sa collègue à bras ouvert.Mais on se rend bien compte qu’il est un peu en marge de la Mauritanie, il n’a plus de timbres et ne sait pas quand il sera livré. Nous lui faisons confiance et lui laissons nos cartes postales pour qu’elles soient oblitérées de Chinguetti.

                       

 

  La poste et son sympathique receveur

 

                        Un marché local minuscule inimaginable tant il est petit chaque étal se DSCN4005.JPGmesure en centimètres carrés et il n’y a que 1 ou 2 kg de marchandises. Surprenant  pour nous européens qui somment habitués à la profusion. Quel contraste !!

              Nous repartons pour les gravures rupestres qui nous permettrons de remonter plus en avant dans l’histoire du Sahara.

               Encore un problème avec notre caractériel, Guy se fâche devant tout le monde et lui demande de choisir un 4x4 et de ne plus en changer, cela devient désormais une habitude. Même scénario à midi, mais certains manquent de civilité et de savoir vivre...MAURITANIE-6736.JPG

               Nous ferons un détour vers la passe d’Amoghjâr, d’impressionnants panoramas s’ouvrent sur des reliefs tabulaires et sur la vallée encaissée de l’oued avec en toile de fond Fort Sagane construit pour les besoins du film du même nom. Aujourd’hui en ruine il domine toujours aussi majestueusement les canyons environnants. 

 

Retour par la passe Ould Ebnou, il nous faudra patienter un peu avant de pouvoir passer, quelques crevaisons ralentiront un peu la caravane. Notre route croisera de nombreux troupeaux de dromadaires. Il est trop tard pour aller visiter l’école, il fera jour demain. Nous irons ramener d’autre linge en faisant bien attention de ne donner que celui qui ne craint pas le repassage à la braise.

Nos campings car seront les bienvenus autant pour la douche que pour le couchage. Les chibanis que nous sommes aiment leur confort…. Nos vieilles douleurs récalcitrantes se font sentir. Mais cette première partie est superbe.

 

               04 mars :

 

              C’est vers 8h30 que nous nous rendrons à l’école d’Azougui. Azougui possède une vaste palmeraie, c’est une ville tranquille qui s’enflamme au moment de la "Guetna", fête des dattes en juillet et août et  qu’il faut admirer de la passe de N’Tarazi comme nous l’avons fait lors de notre arrivée.

              Ce matin c’est un vent de poussière qui souffle mais il n’est pas aussi terrible que nous l’avions imaginé (en regardant la météo depuis la France il semblait DSCN4070.JPGbeaucoup plus violent et surtout omniprésent), à vrai dire c’est le premier jour. Nous prendrons le temps de voir le bureau du Directeur ainsi que trois classes, celles de petits, des moyens et des grands. Les enfants semblent timides pour la plupart, les filles n’apprécient que moyennement d’être photographiées et se cachent presque spontanément. C’est l’occasion de leur amener livres et fournitures scolaires.

              A Atar nous pourrons visiter un petit centre artisanal, rien de bien intéressant, toujours les mêmes choses. Nous achèterons de grands sacs pour mettre nos duvets.

              C’est bien emmitouflés dans nos chèches que nous partons, restons à l’arrière du 4x4, nous préférons cela plutôt que d’être enfermé, pour ma part cela me permet d’éviter le mal des transports. Mais comme par hasard, ce matin pour être protégé, une personne fragile prétexte une bronchite… Nous ne sommes pas dupes de son petit manège, il y a longtemps que nous avions cerné ce personnage aux yeux malicieux…  Mais peu importe, c’est aussi cela la vie en communauté, il faut de tout pour faire un monde….

                      Le repas de midi, aux pieds de belles dunes rouge orangé au milieu de DSCN4021

sommets tabulaires aux couleurs sombres, est apprécié par tout le monde. Christophe, notre cuisinier  veille. Dans ce coin idyllique l’ombre d’un maigre acacia est tout de même la bienvenue.

          

 

    Montée à la passe dans un paysage lunaire de toute beauté, de grands canyons au milieu d’un plateau tabulaire dont les pieds sont léchés par de splendides dunes aux couleurs changeantes sous le soleil de midi. L’arrêt au sommet nous permet de contempler un panorama époustouflant qui mérite en effet plus qu’un simple coup d’œil. Chacun immortalise le coin .

              Un autre petit arrêt nous permettra de voir un peu d’artisanat local, de là on embrasse toute l’oasis de Mhaîreth.

              De nombreuses cases rondes en feuilles de bananier fleurissent un peu partout en contrebas, des enfants accourent de toutes parts et nous hèlent lors de notre passage.

              toul.JPGNotre camp de base sera à L’auberge de Toul, notre logement se fera dans des cases rondes ou carrées et parfois sous des tentes légères que le moindre souffle agite. La piscine, je devrais dire le minuscule bassin est le bienvenu pour certains… qui s’en donnent à cœur joie dans une eau chaude et limpide, c’est toujours agréable en plein désert..

              Les douches sont les bienvenues,  et oui il y a des douches, douches rustiques où il faut y aller à tour de rôle il n’y en a que deux. Elles ont le mérite d’exister et cela nous fait beaucoup de bien. On peut dire que l’organisation est exceptionnelle.

              Deux couples offrent l’apéro. ….. Ce soir nous serons donc à 7 en bout de table avec Christiane qui ne manque pas de faire des réflexions parfois un peu osées à Jacqueline  qui ne semble guère apprécier. Cela nous amuse beaucoup….

              La nuit sera bercée au rythme du vent qui ne cesse de souffler, des courants d’airs  ou encore des ronflements incongrus et tapageurs de certaines personnes.

 

  

            05 mars :

 

            La plupart d’entre nous partirons à pied dans la palmeraie en compagnie du fils de l’hôtelier, traverserons quelques  beaux jardins et rencontrerons le fabriquant de briques locales.

              Il est très agréable de se promener sous les palmiers face à de magnifiques dunes orangées. Dans notre lancée nous dépasserons allègrement l’auberge, bien qu’invités à prendre un verre de thé. C’était une halte prévue et Ahmed viendra nous chercher avec son 4x4. Impensable mais nous étions 12 dessus pour ces quelques hectomètres à parcourir. C’est très convivial mais le thé ici est un peu fort et amer, pas de thé à la menthe comme au Maroc.    

 

DSCN4117    

              Poursuivant notre petite rando dans le lit de l’oued au milieu des palmiers, sur notre droite de gros rochers aux couleurs sombres et aux formes diverses se dressent DSCN4118.JPGcomme des sentinelles au dessus des petites cases en feuille de palmier, tandis qu’à gauche nous flirtons avec de grandes dunes  resplendissantes. Nous sommes toujours fascinés par ce désert si changeant et si modelé.

 

DSCN4142.JPG             

 

 

Quelle ne fût pas notre surprise de retrouver de belles « gouilles » au milieu de roseaux,  l’eau y est très claire, mais pas très chaude, juste de quoi y tremper nos petits petons échauffés par cette marche. Le lieu est un peu magique, l’eau en plein désert n’est pas toujours un mirage !!

              En 4x4 pour quelques centaines de mètres puis nous poursuivrons à pied dans un magnifique canyon et tout à coup un petit lac bien vert apparaît tel un bijou dans son écrin. Les plus courageux se baignent, Aurélien en tête.

              Il ne fait pas si chaud, finalement au lieu de rester sous l’avancée rocheuse nous nous installerons confortablement au soleil.  Ce jour au menu il y aura fromage et dessert.

 

DSCN4146.JPG

 

              Une petite balade digestive seulement à trois couples dans ce canyon agréable et chacun y va de son imagination pour les formes rocheuses. Nous tremperons les DSCN4153.JPGpieds dans une « boutasse » très chaude et rencontrerons un berger qui a les siens en piteux état. Mais hélas nous ne pouvons rien faire pour lui, nous n’avons rien sur nous.

              Au retour rencontrerons Gégé et Jean Christophe le cuisiner qui nous raconte un peu sa vie de bohème et celle de Mauritanie Aventure.

             

 

 

 

DSCN4162.JPG Ahmed nous initie à l’écriture arabe dans le sable, à vrai dire ne sommes pas doués, nous ne retiendrons rien….

   Retour en 4x4 à l’auberge Toul pour une nouvelle nuit sous tente, avec un petit incident de parcours, le cuisinier à mal jugé le terrain et le voilà qui casse une barrière.

             

Ce soir couscous au chameau et poire belle Hélène. Guy reste couché il semble avoir une fièvre de cheval, mais nous nous délectons de ce délicieux repas.

              La nuit sera réparatrice mais hélas par pour tout le monde, Jack et Barbel n’ont pas fermé l’œil tant la locomotive était en route………à côté d’eux.

 

 

              06 mars :

 

            Départ dans la palmeraie accompagné par un petit jeune et visite de cases en construction. Vraisemblablement  pour une auberge, travail remarquable et fort bien fait. Rencontre avec des petits mauritaniens  à qui nous donnerons les derniers vêtements en notre possession. Et retour par la passe N’Tourfine.

 

MAURITANIE-6823.JPG

 

           Une belle descente en direction de l’oasis sera l’occasion pour Aurélien de filmer tout le monde. Puis on se faufile dans un massif gréseux pour arriver finalement dans un cul de sac matérialisé par un parking. Là il faut laisser les 4x4 et poursuivre par un chemin ombragé au milieu des palmiers et des gazouillis des oiseaux.

           Tirgit est l’une des rares oasis de Mauritanie dont la source est libre, ce qui en fait un lieu incontournable pour les touristes. Le lieu est magique, frais et agréable, l’eau y descend du plateau en petites cascades successives, c’est assez incroyable de voir cela en plein désert même si ce n’est pas tout à fait la saison chaude et si le soleil n’est pas encore à son zénith. Une oasis de verdure encastrée dans la montagne.

 

MAURITANIE-6836.JPG

 

Repas encore avec fromage et désert. Petit président fait diversion il fait son malin et tombe à l’eau.

       On peut accéder au plateau qui surplomber l’oasis pas un petit sentier très praticable qui conduit à un lieu de baignade, deux petits bassins qui font office de piscine. L’impression est magique on peut se détendre au frais avec le bruit de l’eau qui MAURITANIE-6849.JPGruisselle. C’est tentant n’est ce pas ? Nous poursuivrons sous une chaleur accablante, atteindrons le plateau désert ou seules quelques touffes d’herbe osent s’aventurer. Ce n’est qu’au retour que nous que nous profiterons de ce lieu pour tremper seulement nos pieds qu’une multitude de petits poissons viennent chatouiller.

      Retour à Atar par la même route, ce soir séance de photos, groupe et individuels. Cagnotte pour nos chauffeurs et distribution de vêtements un peu partout.

      Au revoir à toute l'équipe, sauf à Guy et "petit président" qui vont nous raccompagner.

 

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by