Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

Les préparatifs :

 

Comme d’habitude nous préparons notre voyage depuis des mois, glanant au passage tout ce qui est susceptible de nous aider dans notre itinéraire. Espérons, encore une fois, sortir des sentiers battus, voir de nouveaux paysages, parcourir les nouvelles routes, faire de nouvelles rencontres.

Il y a les incontournables, comme El Jadida, Fès, Oujda, Taliouine, Bouarfa, Ich, j’en oubli certainement, où nous retrouverons, toujours avec le même plaisir, les amis, rencontrés lors de nos voyages précédents.

Nous avons maintenant l’habitude mais préparons quand même le cc avec minutie, d’abord pour ne rien oublier mais aussi pour ne pas trop affecter notre « poids », règlementation oblige mais en essayant d’amener un maximum de choses pour nos amis ou leurs associations.

 

Pour nous le Maroc, c’est le dépaysement, la liberté, des paysages fabuleux, le soleil, le ciel bleu, des couleurs, des odeurs, des saveurs, une autre culture mais aussi et surtout un accueil fabuleux et des rencontres inoubliables, quelques petites déceptions mais si vite oubliées.

 

Terre de contrastes le Maroc ne laisse pas indifférent, il allie à merveille traditions et modernité pour notre plus grand plaisir. Terre de l’islam que nous rappelle le chant du muezzin, cinq fois par jour lors de la prière, il sait être accueillant, parfois un peu déroutant.

 

Nous rêvons de soleil, de sérénité, de découverte, d’amitié, mais désirons aussi nous imprégner de cette culture si différente de la notre, en essayant de vivre à leur rythme et comme ils disent souvent « les gens pressés sont déjà morts » et cette année avons décidé de vivre là bas des rencontres amicales avec des forumeurs sympathiques rencontrés seulement sur la toile.

 

Nous rêvons de nous perdre dans les médinas colorées et odorantes, de faire une halte sous les tentes berbères, de savourer de délicieux thés à le menthe, de succulents couscous ou tajines, de profiter de la blancheur des villes méditerranéennes comme de l’ocre rouge des casbahs et des dunes, du sable fin, de l’océan mais aussi de l’Atlas, tout cela en harmonie parfaite avec la nature et les Marocains.

 

Le Maroc nous l’aimons, nous en rêvons …. Et nous y retournons tous les ans..…. Encore et encore !!!

 

Et je citerai Nicole « Le Maroc on y vient, on y revient et on ne s'en lasse pas! »

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 Suivez-nous….

 

Cette année avons un petit pincement au cœur, nos amis de Côte d’or ne sont pas du voyage, un petit souci les retient en France. Nous avons une pensée pour eux (ainsi que tous ceux qui ne peuvent pas faire le voyage) avant notre départ, nous aurions tant aimé qu’ils soient avec nous. Mais nous ne les oublierons pas non plus durant notre périple, ne manquerons pas de leur donner des nouvelles et de leur rappeler les bons souvenirs vécus ensemble, lors de nos précédents séjours.

 

04 février : 

 

Le camping-car est donc chargé, le moteur ronronne doucement, la clé grince dans la serrure, un dernier coup d’œil au portail qui se ferme et nous voilà partis.  A nous la liberté !!! Même si la joie est immense, un petit pincement au cœur en pensant à la famille que nous laissons pour quelques mois.

   

Nous larguons les amarres, nous hissons le petit drapeau rouge à l’étoile verte sur le tableau de bord et l’aventure va commencer. Nous laissons le mistral nous pousser d’abord vers le midi, notre première halte vers Bédarieux chez nos amis et ensuite traverserons l’Espagne avant de faire le petit saut vers un autre continent et vers ce pays si accueillant : le Maroc.

 

  

 

 

  La traversée de l'Espagne :

 

 

 

espagne  Double Clic sur la carte pour l’agrandir et obtenir carte interactive Google

  Repère bleu = Etape

  Clic sur repère bleu donne des précisions du lieu

  Clic G enfoncé on déplace la carte sinon utiliser les flèches 

  Curseur = zoom

 

 Pour revenir au blog cliquer sur "retour au blog"  Le Maroc en camping car

05 Février :

 

C’est sous un magnifique ciel bleu et un beau soleil que nous prenons la route. La chaine de Pyrénées étincelle dans le lointain. Après Béziers, arrêt café, les bonnes habitudes sont déjà prises !!! En pays Cathares le vent s’intensifie et chahute lamentablement nos petits cubes blancs.

Même si le beau temps semble s’inviter, laissant croire à un printemps précoce, nous partons sans regret. Le Canigou grisonne, il y si peu de neige !!!

 

P1010402

 

 

En cette terre de Roussillon quelques arbres fruitiers ont déjà revêtu leur robe d’apparat rose ou blanche, nous faisant déjà penser au Maroc.

Arrêt de midi à la Jonquera, repas quelques courses et nous revoilà en route. Le mercure oscille allègrement entre 20 et 22°, quelle différence avec le froid et la grisaille des derniers jours en Isère.

Les Pyrénées ondulent dans une brume de chaleur d’un bleu blafard, tandis que les pics enneigés se dressent dans un ciel d’azur.

15h30, un petit incident, non identifié, ralenti notre allure, nous roulons à la queue le leu à 40km/h pendant environ 10kms. Et puis tout se résorbe…

Le soleil commence à baisser à l’horizon qui prend de magnifiques teintes pourpres. La nuit approche nous trouvons notre camping vers 19h camping la Llosa à Cambrils.

 

06 Février :

 

Température fraiche ce matin qui s’améliore rapidement grâce à un soleil généreux. Entre côte et sierra l’AP7 et la 340 nous permettent d’avaler rapidement des kilomètres. Il y a très peu de circulation en ce dimanche, seuls quelques cyclistes isolés s'entrainent alors que les motards, fort nombreux, roulent en bande.

Nous saluons tout le monde, particulièrement la famille, les amis, les forumistes qui connaissent virtuellement les Pollhuguett’s, nous vous envoyons quelques degrés, un peu de soleil et surtout notre amitié.

Arrivées sur Alquiéras près de Murcia, installation sur l’aire de service Camper Park, Calle de Canovas. Une aire que les forumistes des amoureux de Maroc nous ont conseillé, une aire très bien équipée, au milieu des citronniers et où l’accueil est parfait. Nous vous disons merci, nouvellement ouverte elle mérite d’être connue.

Ce soir dimanche, nous allons prendre l’apéro avec nos amis, dès que nos hommes auront bricolé la parabole, un petit souci de TV.

 

07 février :

 

Le soleil est bien présent mais ce matin la température n’est que de 4° malgré le soleil. Elle remontera rapidement au cours de la journée pour atteindre les 21°.

Un petit oubli : hier nous avons eu en cadeau de bienvenue notre filet de citrons. Ces gens là méritent de travailler, l’aire est vraiment très bien et l’accueil chaleureux. L’aire n’est ouverte que depuis octobre, mais je pense qu’ils vont être victimes de leur succès. Ils restent sur place dans leur camping-car.

Rencontre sur la route avec le boulanger qui venait livrer au camping, belle aubaine nous n’aurons pas à chercher.

L’A7 nous conduit rapidement vers le sud dans des paysages semi désertiques, puis au milieu des vergers de citronniers et d’orangers et de grands champs de légumes. Une manne féminine s’active au ramassage des feuilles de bettes, des brocolis empilés dans des caisses plastiques ou encore des artichauts transportés à même des hottes et vidés directement dans des bennes. Sans doute seront-ils conditionnés plus tard. 

Puis les premières serres plastiques font leur apparition et nous accompagnerons tout au long de notre trajet. De petits sommets enneigés de la Sierra Albamilla se profilent à l’horizon.

L’arrivée sur Almeria est toujours surprenante, drôle de ville où les serres cohabitent avec les immeubles de façon anarchique et disgracieuse.

Souvenir… souvenir…

Nous mangerons sur le parking Porcelanosa et Décathlon où nous avions déjà fait une halte en 2009 cherchant du carrelage et quelques vêtements de sport.

Dès notre départ, un tee-shirt tout neuf et emballé traine vers notre camping-car. Nous le ramassons et appelons Brigitte. Il est bien à eux ils l’ont laissé choir en venant nous faire voir leurs achats. Heureusement nous avons l’œil…

Le soleil s’étiole et le ciel se charge de nuages inoffensifs se confondant aux serres plastiques, mais seulement durant quelques kilomètres.

 

P1010409

 

 

 

P1010413


Après une halte briefing et technique au kilomètre 345, nous ralentissons notre allure c’est au kilomètre 343 que nous devons bifurquer à gauche pour notre camping, le même que l’an dernier, Dom Cactus à Motril. Premier rond point pas le bon, erreur nous repartons en sens inverse, pendant ce temps un autre camping-car de la même marque que nous, dépasse Brigitte. Devinez ce qui va se passer ? Décidément les « Brilu » ne sont pas dans leur bon jour, pourtant « œil de lynx » disparait, les talkies walkies grésillent et puis restent muet. Plus personne à l’horizon et nous sommes devant l’entrée du camping. Nous les joignons donc au téléphone et devinez ce que j’entends : « on vous suit». Hélas non !!! Alors….  il ne faut pas suivre n’importe qui et partir je ne sais où !!!!  Un demi tour négocié à la hâte et les voilà vers nous.  Quelle rigolade.

Confortablement installés, sous les eucalyptus, j’essaye de vous retracer notre journée, les hommes sont encore entrain de bricoler sur la TV ou son branchement et Brigitte vaque à ses occupations. Après beaucoup de stress tout est réglé. Nous avons des hommes en or.

 

P1010415

 

 

 08 Février :

 Nous n’avons pas trop de route à faire ce matin, départ comme d’habitude vers 9H. Il fait doux mais le soleil est un peu récalcitrant. Sommes fidèle à l’A7 qui suit de près ou de loin une mer d’huile qui scintille lorsque l’astre divin veut bien apparaître et court de collines en collines d’où émergent de belles villas au milieu de vergers en terrasses. Autovia ne prévoit pas les arrêts, pas de parking, il est donc difficile de s’arrêter pour notre sacro-saint café quotidien. Lucien cherche en vain et l’adrénaline monte ….. Enfin un centre commercial avec une possibilité limitée car les parkings sont couverts et trop bas pour nos maisons roulantes.  Lucien peste, Brigitte rigole… en représailles il stoppe juste en face de gros épineux…..aux épines acérées… Une occasion supplémentaire de rire.

Vers Marbella quelques nuages cotonneux s’agrippent sur les petits sommets environnants, mais le soleil est à nouveau là. A la sortie d’un virage le rocher apparait nous ne sommes plus très loin d’Algésiras.

Repas de midi devant chez Guttiérez, puis attendons que l’agence ouvre. C’est chose faite, mais un problème internet ne nous permet pas d’avoir nos fiches AT remplies, peut être plus tard. Inch Allah. Nous stationnons sur le parking de Lidl et faisons nos dernières courses européennes avant la traversée prévue pour demain.

Nous repasserons à l’agence et Carlos nous confirme le problème informatique, si cela s’arrange il viendra nous les amener au camping-car. Mais n’avons rien vu venir, donc le problème persiste.   

 

 

 

09 février :

 

Carlos n’est pas venu nous apporter l’AT, nous sortirons celles imprimées l’an dernier et non utilisées. A 10h sommes au port, peu de monde, très peu de camping-car, avançons normalement mais sûrement. Tout est OK, nous embarquons rapidement et en plus à l’heure. Que demander de plus !!!

 

P1010418

 

                          Au Port

 

P1010429

 

                           A l'embarquement


La traversée est toujours un moment d’effervescence et cela presque comme à notre premier passage. Mais comme d’habitude je reste calée dans mon siège et ne vais pas bouger pour éviter les problèmes, je n’ai pas le pied marin mais plutôt alpin…. Mon environnement se limite à trois voitures de la Policia. A bord de chacune d’elle se trouve un passager plutôt encombrant, l’un deux a en effet les menottes.

 

Le Maroc :

                      Pour l'itinéraire c'est  ICI


Après une heure de traversée, nous voilà sur le sol africain et un quart d’heure plus tard sur le sol Marocain. La douane se passe très très rapidement, même pas vingt minutes et nous voilà dans de belles avenues bordées de nouvelles constructions blanches et bleues. Tout est propre bien arrangé, des bordures, des fleurs.


P1010446

 

P1010447

 

P1010448


Quel changement depuis notre premier passage en 2004. Quelle évolution !!

Repas de midi sur un parking en bordure de la route, puis arrêt à Marjane. Impossible d’avoir la recharge Inwi, personne avant 16H. Quelques achats ainsi qu’un téléphone marocain à carte.

 

P1010452


Nous voilà donc installés au camping Alboustane à Martil, camping fidèle à lui-même, seul l’environnement à changé l’accès est maintenant goudronné. Wifi gratuite à l’accueil, pas très confortable, dehors sur une chaise et un rebord de mur. Mais cela permet de communiquer tout de même.

Ce soir nous vivons à l’heure Marocaine, soit une heure avant vous les amis français et nous allons manger notre premier tajine au poulet en amoureux. Très bon tajine accompagné d’une crème caramel et d’une tarte au citron. Nous voilà complètement plongés dans l’ambiance Marocain. Que du bonheur !!!

 

 

10 Février :


 

P1010453 

 

Ce matin le muezzin nous a réveillés !! Pas encore l’habitude. Pas grave nous replongerons aussitôt dans les bras de Morphée et adopterons définitivement l’heure marocaine, ainsi nous dormons une heure de plus.

Pleins, vidanges voilà des occupations de camping-caristes, tandis que les gazelles sont précairement installées devant la réception pour internet. Sommes à côté de forumistes que j’avais cru reconnaitre. Gagné.  c’est Claudine et Françis. Ils ont quelques soucis. Nous papotons un peu tout en consultant. Nous partons avant leur retour aussi nous leur laissons un petit mot.

Nous tournons et virons en ville et point de recharge inwi, (nous tentions de trouver la boutique où Eddy nous a parlé) nous verrons cela demain. Nous retrouvons Claudine et Francis en ville ils tournent eux aussi, de petits incidents leur empoisonnent la vie, espérons qu’ils ont trouvé la solution.

Il est l’heure de manger, nous nous posons tranquillement au dernier rond point, face au Cabo Négro, près de l’embouchure du Smir. Grand soleil mais un peu de vent. Que demander de plus ? Pas belle la vie !!!

 

P1010454


Un jeune couple Marocains avec leur fils mangent près de nous, dehors. Après le repas nous sortons donc faire quelques photos. Ce jeune couple nous invite à manger leur tajine au poisson. Déclinons leur invitation, nous venons tout juste de manger nos gâteaux et de boire notre café. Dommage car le tajine aux poissons, fait maison, semblait succulent. Qu’elle gentillesse !! C’est ainsi l’accueil Marocain.

Direction Cabo Négro, un petit tour pour rien et nous voilà à La Ferma. Nos hommes montent voir la direction et ne redescendent plus….Auraient-ils oublié qu’ils ont des femmes !!!! qui attendent patiemment !!! Vont-ils sortir de l’hôtel par une porte dérobée ?  Cela nous amuse, il est vrai qu’il ne nous en faut pas beaucoup pour rire de bon cœur.

 

P1010460

 

Les voilà enfin, la mine réjouie, avec une forte envie de rigoler à peine dissimulée. Ils nous envoient donc amener le passeport à la direction. Nous nous attendons au pire…. Le maitre des lieux est là, Paul dit Frank, le sourire enjôleur . C’est un personnage haut en couleur, plein d’humour,  qu’il faut connaitre et qui nous amuse beaucoup.

Voilà le dessin qu’il fit pour nous et s’il vous plait à l’envers. Donc nos hommes au boulot !!!!

 

 

P1010457

 


Nous voilà donc confortablement installés pour une après midi cool, bricolage pour les uns, lecture pour les autres ou encore préparation du blog. Demain sera un autre jour, nous allons commander un couscous pour midi et puis sans doute direction Chefchaouen. Inch Allah. 

 

 

P1010463

 

      11 février :

 

Couchés comme les poules hier au soir, c’est le chant du coq qui nous a réveillés ce matin. Pas un bruit, un silence reposant et une bonne nuit.

La température est de 14°, mais de gros nuages encombrent le ciel ne laissant filtrer que de rares rayons. Mais vers 11h le soleil est bien présent et nous réchauffe. Matinée cool.

Avons des nouvelles de Mohamed et de Nadia de Fès, ils nous attendent.

Vers 11h nous allons au salon pour nous connecter sur internet (gratuitement), envoyer nos mails, regarder le forum ou encore faire le blog.

Vers midi nous nous installons dans une belle salle à manger, où la cheminée à été allumée pour nous. Nous apprécions cet accueil chaleureux. Le couscous, préparé par Souad, la maitresse des lieux, sera excellent il était accompagné d’un Boulâouane gouleyant et suivi de pâtisseries tout autant délicieuses et bien sûr d’un thé à la menthe.

 

 

P1010484

 

 

P1010485

 

 

 

Frank, avec son humour légendaire, ne manquera pas de venir discuter avec nous, nous racontant blagues et histoires vécues ou pas….

Souad et son mari nous ferons visiter l’établissement,

 

 

P1010481

 

 

chambres spacieuses décorées avec beaucoup de goût, par Frank, cuisine, bar, atelier et écuries en passant par la basse-cour où dindes, dindons, oies et canards cohabitent gaiement. Ânes, chevaux, poney et moutons sont en liberté sur la propriété. La vue hélas sur la baie de Martil est un peu cachée par de nouvelles constructions qui semblent abandonnées.


 

P1010475.JPG

 


La piscine se trouve dans un environnement de terrasses très fleuries.

 

 

P1010470

 

 

P1010468

 

 

P1010474

 

 

Le temps passe vite, il est plus de 15h, nous laissons Frank et Souad en les remerciant pour ce bon repas et ces bons moments passés ensemble.

Mais d’abord retour par Martil pour aller à « Espace service », l’accueil est très agréable, la clé 3G Inwi rechargée en peu de temps pour 300dh mais pour deux mois. Merci Eddy, c’est une bonne adresse. Mercredi soir à Marjanne on nous avait précisé que cette promotion était finie depuis la veille. Où est l’erreur ?...

Et nous voilà en route pour Chefchaouen, les montagnes du Rif sont bien dégagées et la plaine verdoyante noyée dans une lumière bleutée.

Le petit ruban gris, un peu chaotique, monte, descend ou tournicote au milieu des oliviers au feuillage argenté légèrement agité par la brise, des pins ou des terres cultivées où des jeunes céréales d’un vert tendre.

En cette fin d’Après midi, les rifaines arborant leur fouta, étoffe rouge rayée de blanc, qu’elles nouent autour de la taille, à cette heure là elles n’ont plus leur chapeau de paille, rentrent chez elles, faucille à la main ou lourd fardeau sur le dos.

Rocailleux et désertiques les sommets du Rif se dressent dans un ciel d’azur, les plus hauts ont quelques résidus neigeux, à leurs pieds se nichent de petits villages aux maisons cubiques et blanches avec très souvent une petite mosquée qui se profile telle une sentinelle.

Nous traversons le village d’El Hasma, les enfants, garçons et filles sont revêtus d’un costume bleu marine, d’une chemise bleu ciel et d’une cravate, elle aussi bleu marine. Ils sont adorables ces bambins hauts comme trois pommes avec de beaux cartables sac à dos, pour la plupart roses ou bleus, suivant le sexe, qui nous font de petits saluts amicaux.

Plus que quelques kilomètres et l’on découvre, comme par magie, la ville blanche et bleue adossée à la montagne et pour la première fois nous la voyons avec des yeux nouveaux, sous le soleil couchant, nous ne la connaissions que sous la pluie. Nous voici donc au camping d'Azilan.

 

 

P1010487

 

 

 

12 février

 

L’architecture de Chefchaouen s’inspire du style andalou, on y parle encore l’espagnol on y mange des paëllas et des tapas. La ville blanche et bleue qui garde son mystère est protégée par les deux pics jumeaux du Djebel Ech-Chouen (les cornes, d’où son nom). Localité séduisante et harmonieuse, blottie à  600m d’altitude a un petit air de paradis espagnol avec ses ruelles étroites et pentues, ses placettes fleuries et ses fontaines, ses maisons blanchies à la chaux. La beauté  de la ville est liée au contraste entre l’aridité de la paroi qui la surplombe  et la campagne verdoyante arrosée par l’Oued Laou.


P1010494

 


Encore une journée magnifique, une matinée cool comme on les aime, sans contrainte et surtout notre premier repas dehors au soleil. Quel plaisir de lézarder. Elle dure la vie de retraités !!!

 

 

P1010488

 

 

C’est par un petit sentier que nous descendrons en ville. Il est toujours aussi agréable de flâner dans ces petites rues très étroites couvertes de galets, souvent en escaliers entrecoupées de paliers avec d’innombrables recoins et impasses, de voir les artisans au travail ou encore de trainer au gré de nos envies  dans cette médina aux couleurs éclatantes.

 

 

P1010492

 

 

P1010496

 

 

P1010499

 

 

P1010500

 

 

Nos retrouverons notre pâtisserie favorite et ne manquerons pas de faire des achats avant de remonter tranquillement. Ce soir apéro.

 

 

13 février :

 


Nous quittons Chefchaouen sous le soleil malgré quelques nuages qui s’agrippent aux sommets.


 chefchaouen

 

 

Chênes lièges (démasclage tous les neuf ans) et pins bordent notre route et à peine partis déjà arrêtés : pause café….

 


 P1010510

 

 

Quelques passages délicats à cause des travaux.

 


P1010512 

 


Souk au village !!! beaucoup d’activité.

 


 P1010514

 

 

P1010516

 

 

Arrêt vers un moulin à huile.

 


P1010519

 

 

P1010520

 


Tout le long de la route de petits étals avec de l’huile, des olives, des foutas, des paniers…

 


P1010524 


Après les plantations d’oliviers nous traversons une zone de collines boisées surtout des pins. Peu d’habitations quelques hameaux çà et là avec beaucoup d’agitation autour des points d’eau, puits ou robinets avec bassins qui laisse à penser que malheureusement l’eau n’est pas dans toutes les maisons. Beaucoup de lavandières ou des personnes qui remplissent leurs bidons, souvent transportés à dos d’âne.

Arrêt à Ouazanne à la coopérative APIA où nous avons acheté, comme les années précédentes, de la tapenade d’olives noires. Un peu après la ville repas sur une petite aire, les enfants tournent autour, mais un adulte qui est là les écarte.

Des personnes viennent nous parler, ce sont des Marocains de Millau, ils nous donnent leur numéro de téléphone, ils sont encore là pendant un mois, nous pouvons passer les voir. Malheureusement ils sont sur une piste où nos engins ne pourront pas passer.

La vallée s’élargit faisant place à de grandes plaines, un vrai patchwork de dégradés de verts et de marron, selon que la terre est fraichement labourée ou cultivée. De grandes rampes d’arrosage laissent penser qu’il s’agit de grandes propriétés.

Au hasard d’un virage, des orangeraies bordent notre route où sont installés les vendeurs. Des jeunes Marocains, de Rabat, parlant un français parfait ont fait leur prix, nous payons donc comme eux soit 3dh le kg soit à 0,28€, avec le change actuel à 10,99.

Arrivée à Volubilis, les plus importantes ruines romains du Maroc situées sur un plateau à environ 400m d’altitude. Nous prévoyons un bivouac vers Samir au milieu des oliviers, même si le terrain est un peu pentu et si nos calles ne suffisent pas stabiliser nos cubes roulants. Très bon accueil de Samir qui comme dit Emile est homme très cultivé et très aimable.

La visite du site commence par la maison de Vénus, riche demeure pavée de mosaïques aux dessins géométriques.

 


P1010533

 

 

Passons la maison des nymphes et empruntons le Decumanus Maximus pour atteindre la porte de Tanger, la seule des huit portes encore debout,

 

 

P1010539

 


 2011 4759

 

 

longeant ainsi le palais Gordien.

 

Arrivons ensuite à Maison des travaux d’Hercule, grandes demeures qui abritent quelques mosaïques en assez bon état dont les douze médaillons représentent les travaux d’Hercule, possédant un bassin aux bords lobés.


 2011 4763

 

 

2011 4764

 

 

 

Font suite la maison au cavalier, aux colonnes et à Ephébe.


 P1010546

 

 

L’arc de triomphe de Caracalla, monument destiné à exalter la puissance de Rome, malgré sa voûte effondrée reste un édifice remarquable.

 


 2011 4770

 

 

Passant sous l’arc de triomphe, on trouve à gauche la maison du chien, on y trouve une pierre remarquable, vous devinerez tout de suite en regardant les photos….

 


 2011 4776P1010554

 

 

P1010553

 

 

Autour du forum on retrouve la basilique, on devine le plan en trois nefs, délimité par des rangées de colonnes, cette dernière servait de salle de réunion ou de tribunal.

 

P1010555

 

 

 

A côté se trouve le capitole, petit bâtiment rectangulaire qui abritait les archives de la ville.

 


P1010557

 

 

Plus au sud huilerie,


 2011 4787

 

 

P1010560

 

 

La Maison d’Orphée, qui est la plus grande de tout le quartier, dont la mosaïque  bien conservée représente Orphée charmant de sa lyre les animaux.

 


 P1010563

 


Lui faisant suite l’on trouve les Thermes Galiens. 

Ainsi s’achève notre visite. Remontons vers notre bivouac, où Samir nous attend. Nous nous installons en sachant que s’il pleut nous devrons nous déplacer, trop de risque de patiner….

 

 

 

P1010568P1010567

 

 

Apéro chez nos  amis et voilà quelques gouttes qui tambourinent sur nos camping-cars. Nous mangeons à la hâte et sortons de ce mauvais pas en patinant déjà. Samir est là pour nous aider à stationner devant chez lui, sur un terrain plus stable. Malgré les calles penchons énormément en avant, je crois que jamais, dans notre vie de camping-cariste, n’avons été ainsi. Pas grave pour une nuit.

Voulez-vous que je vous dise, il ne pleut plus…..   Mais vers 11h la pluie s'invite à nouveau.

 

14 février :

 

Bonne fête à tous les amoureux, jeunes et moins jeunes !!!

Après le pluie de cette nuit nous avons retrouvé le soleil et le ciel bleu.

Moulay Idriss, petite cité perchée sur les hauteurs de la vallée de l’oued Khoumane, site étonnant coiffant deux éperons rocheux : Khiber et Tasga, formant ainsi deux quartiers distincts mais se rejoignant autour de la mosquée et du tombeau du roi, est une ville sainte renommée, loin de la modernité et l’effervescence du tourisme.

 

 

P1010565

 


Visite de cette ville paisible, sans touristes, au gré des petites ruelles pentues où les cubes des maisons descendent en cascade vers la Zaouïa. Couvert de tuiles vertes, couleur de l’islam, ce lieu saint est interdit aux non musulmans. C’’est là que repose Idriss.

 


 P1010575

 

C’est par un dédale d’escaliers fort inégaux et un lacis de ruelles que l’on atteint ce sanctuaire.

 

 

P1010581

 

 

P1010583

 

 

La rue est barrée par une grosse poutre à 1,5m du sol, elle empêche l’accès  aux animaux de bat et oblige les personnes à se courber humblement. Près du mausolée nous passerons dans le souk des nougats et des bougies.

 

 

P1010590

 

 

Ou des olives....

 

 

P1010589

 

 

Moulay Idriss possède un minaret moderne de 1939, mais il n’est pas semblable aux autres, il est circulaire, fait unique au Maroc, il est vert décoré de zelliges blancs qui reproduisent les sourates du coran.

 

 

2011 4790

 

 

 

P1010584

 

 

Transport en tout genre : sable comme ci-dessus, viande ci-dessous....

 

 

P1010591

 


Et puis en route vers Fès où nos amis nous attendent.  Et là, la galère va commencer….

Vers le Douar Nzala, dans le début de la montée vers Meknès, un grand bruit retentit, le temps de réaliser qu’il s’agit d’un caillassage, on s’arrête quelques centaines de mètres plus loin. Nous n’avons rien vu mais nos amis on vu un ado lancer un caillou sans savoir si nous avons été atteint. Eh bien voilà un trou dans le  polyester. C’est rageant, mais pas dramatique. Nos hommes reviennent en arrière mais bien sûr plus personne.

Le premier agent de police rencontré prévient le commissariat juste un peu plus haut. Nous nous y rendons, bien décidés à porter plainte. Ce n’est pas le bon endroit devons nous diriger vers celui du Huitième arrondissement, arrivés à celui-ci ce n’est pas le bon (redécoupage) nous devons aller à celui du sixième qui se trouve fort loin et malgré le plan pensons avoir de difficultés. C’est donc un taxi qui nous y conduira. Arrivés devant, le commissariat a déménagé quelques rues plus loin… Quelle galère !!! Enfin nous voici devant. La première des choses que l’on nous dit c’est le huitième qui s’en occupe. Stop, trop c’est trop…. Nous en venons. Après un passage dans plusieurs bureaux un commissaire très aimable  prend enfin notre plainte et la rédige en français. L’heure tourne inexorablement, nos amis attendent patiemment devant le commissariat. Enfin vers 15h pouvons casse crouter, pâté et fromage au menu de la saint Valentin que nous pensions passer au restaurant…

Nous voilà donc en route vers Fès où nos amis nous attendent. Un petit arrêt pour acheter fruits et légumes, souvent hélas vendus en trop grosses quantités pour nous.

Nous avons un peu de mal à trouver leur appartement, et pour cause ils ont déménagés. Mohamed vient à notre rencontre avec le petit Fahd dans les bras. Il a beaucoup changé depuis l’an dernier, il a maintenant 11 mois et galope. Nous sommes ravis de voir Nadia et sa maman et sommes accueillis comme chaque fois avec gâteaux marocains, cake au chocolat, crêpes, miel, amlou et bien sûr thé à la menthe.

Nous rentrons au camping, il est tard, rouler la nuit n’est pas très raisonnable. Nous les reverrons jeudi, car Mohamed travaille et a un planning bien chargé.

Pas évident de circuler la nuit, sur une route en travaux, au milieu d’une circulation plutôt anarchique. Bref nous retrouverons le camping du diamant vert sans trop de difficultés. Nous voilà installés, comme à l’accoutumé il est boueux. Nous verrons demain. 

 

15 Février :

 

La matinée sera calme, légèrement ensoleillée, Personne n’est décidé à changer de place, resterons donc dans la boue…. Nous mettrons la porte côté herbe, ce qui ne change pas grand-chose.

Nous partons en début d’après midi pour faire un tour dans Fès. Nous marchons déjà pas mal avant d’avoir enfin un taxi, Brigitte et Lucien partent en premier et le taxi vient à nouveau nous rechercher. Et voilà que le temps change, il fait un vent terrible et en plus il pleut. Donc le premier café est le bon  nous voilà donc entrain de siroter un thé à la menthe. La pluie redouble nous décidons donc de prendre un taxi pour rentrer au camping. Mais pas question de trouver un taxi vide. Nous attendons sous une pluie battante presque au milieu de la rue. Enfin en voici un qui nous ramène, Brigitte et Lucien en auront un autre rapidement. Pas de grand taxi pour nous prendre à quatre.

Voilà une journée à Fès.

Mais en rentrant au camping-car, surprise surprise ….. nous sommes au milieu d’un lac !!!! Mais que faire sinon traverser. Un sage décision enfin. Nous déménageons…. Il serait temps.

Vers 18h 30 Ali téléphone et vient discuter avec nous pour la visite de demain. Tout est décidé, la visite sera différente de celles déjà faite. Donc rendez-vous demain matin à 9h30 bien sûr s’il ne pleut pas. C’est convenu ainsi.

 

Pas de photo ce jour de pluie, nous avons juste promené l'appareil .......

 

16 Février,

 

Ce matin soleil et ciel bleu, un peu de vent mais pas très chaud. Comme prévu Ali est là et vers 9H 30 nous partons avec un minibus faire la visite de Fès, tous les quatre.

Fès capitale religieuse, administrative et culturelle du Maroc est aussi la plus ancienne ville impériale. Fès reste aux yeux des visiteurs un peu secrète avec sa grande médina, vieilles de plus de dix siècles, formées de plus de 7500 ruelles, 350 mosquées et plus de six cent milles personnes qui y vivent et y travaillent.

 

 

fes

 

 

Un passage incontournable le palais royal au nord de Fès el Jedid domine la place des Alaouites. L’ensemble fortifié se compose de plusieurs  palais, d’une mosquée, d’une médersa et d’immenses jardins. Nous pourrons admirer le p

ortail monumental paré de mosaïques en stuc et d’un portail en bronze dont voici les détails.

 

 2011 4798

 

 

2011 4799

 

 

2011 4804

 

 

Chaque couleur de mosaïque à sa signification, le vert couleur de l’islam, le rouge de Marrakech, le jaune du Sahara, le bleu de Fès, le noir d’Agadir (rappel du tremblement de terre), le blanc de Casablanca.

 


 P1010598


Nous traverserons le quartier juif le Mellah qui ne manque pas d’originalité avec ses balcons en bois ou en fer forgé, une architecture évoquant l’Espagne. Au détour d’une rue Ali achètera  et nous offrira d’excellents beignets.

 

 

P1010606

 

 

P1010605

 

 

Nous monterons au point de vue vers le fort Chardonnet d’où la médina de Fès se livre à nos yeux. Corseté dans ses murailles ocre notre regard est attiré par tous ces petits points blancs que dessinent les paraboles et les minarets verts ou blancs qui émergent. L’ensemble est majestueux.

 Après cette vue d’ensemble nous visiterons la poterie de Fès, nous sommes subjugués par le travail délicats de ces tailleurs de carreaux, admiratifs de leur dextérité et étonnés de leur condition de travail.


 2011 4814

 

 

2011 4818

 

 

P1010619

 

 

Autre endroit, autres artisans : les tanneurs. Tannerie Chouwara, au cœur de l’activité touristique. C’est d’une vaste terrasse surplombant les bassins que nous pourrons quelques artisans au travail. Il ne fait pas chaud, l’odeur est très supportable mais nous avons notre brin de menthe…Les ouvriers travaillent selon les  techniques ancestrales, mal protégés. C’est malgré tout fascinant et saisissant. Nous sommes face à une importante palette de couleur, le jaune su safran (en très petite quantité), le bleu de l’indigo, le rouge du coquelicot ou de la cochenille, antimoine pour le noir (normalement que des colorants naturel).

 

 P1010628

 

 

P1010631

 

 

La tannerie est une coopérative le travail y est pénible mais relativement bien payé  et l’emploi y est pratiquement héréditaire. Passage par la boutique, essai de belles vestes au cuir vraiment très souple, mais ne sommes pas acheteur. Aucune insistance ni pression quelconque, tout se passe dans la convivialité et la bonne humeur.

 


2011 4826 

 

 

2011 4827

 

 

Il est l’heure de manger c’est au restaurant le Palais Tijani que nous installerons confortablement sur de moelleux coussins.

Nombreuses salades marocaines en entrée.


P1010638 

 


Couscous pour Lucien.

 


P1010639


Tajine aux pruneaux pour Brigitte, Paul et Huguette. Le thé sera offert par la maison, repas excellent. Merci Ali.


 

P1010640

 

 

 P1010641

 

 

Nous continuerons dans l’immense dédale, mais un calme impressionnant, c’est la fête de la naissance du prophète, toutes les échoppes sont fermées, fini le tourbillon de bruits, d’odeurs et de couleurs que nous avions connus. Nous connaissions  une médina grouillante, vivante et affairée, nous la retrouvons calme et déserte. Pas de Balak ! Balak !  qui retentissent.  Pas d’artisan au travail. Surprenant, très surprenant, nous sommes déçus malgré l’amabilité d’Ali qui fait le maximum pour nous satisfaire. Tout ce qui fait le charme de la médina avait disparu. 

Passerons devant la mosquée Karaouiyne, mais elle est fermée ne pourrons même pas jeter un coup d’œil discret par la porte… 

Ali va gentiment nous conduire vers un herboriste qui n’a pas déserté sa boutique et qui nous vantera ses produits sans insistance.

 


P1010642 


Un dernier tour vers la Bab Bou Jeloud, porte monumentale de 1913 et entrée principale de la médina. Elle s’orne de faïences bleues à l’ouest et verte à l’ouest. Ali nous achètera même notre pain.

 

 

2011 4836


 

Notre visite s’arrête là, nous rentrons au camping, contents de notre journée.

Ali est un jeune guide avenant plein d’humour, très agréable et prévenant, mais la médina était silencieuse….. Les gazelles rentreront avec leur petit cadeau souvenir offert par Ali, délicate attention que nous apprécions. Ne manquez pas la visite avec lui il connait très bien sa ville et vous guidera à merveille. 

 

 17 février :

 


Il a plu pratiquement toute la nuit en averses soutenues qui ont rythmé notre sommeil. Mais ce matin soleil et ciel bleu.

Il semble fort difficile à Fès d’avoir un grand taxi. Nous téléphonerons donc à Ali pour qu’il nous envoie un mini bus pour aller chez Mohamed et Nadia. C’est chose faite, vers 11h30 comme prévu, notre taxi est là. Il nous conduit donc à Bensouda et viendra nous rechercher sur un simple coup de fil.

En un quart d’heure sommes à destination, toujours le thé et les petits gâteaux de bienvenue. Ce matin un oncle de Nadia, demeurant à Fès est là.

Nadia est pâlichonne et très fatiguée. Elle vient d’arrêter d’allaiter le petit Fahd et a du mal à s’en remettre. D’ailleurs elle ne viendra pas manger avec nous ni sa maman d’ailleurs.

 

 

P1010651

 

 

P1010680

 

 

Hiba et Houda sont là et toujours très câlines, le petit Fahd est fort mignon et dégourdi.

 

 

P1010651

 

Un grand plat de crudités en entrée.

 


P1010657 

 

De délicieux poulets rôtis avec une sauce aux olives succulentes, comme sait les faire Nadia.   On se lèche les babines !!!

 


 P1010658

 


Et bien sûr thé à la menthe.

 L’après midi se passe tranquillement à discuter, à apprendre l’alphabet arabe. Hiba sait bien compter en français mais aussi écrire toutes les lettres de notre alphabet. Elle nous chante de petites chansons en Français, elle n’a pas tout à fait six ans. Houda a du mal à s’exprimer dans notre langue mais sait la lire.

 

 

P1010662

 

 

Le petit Fahd aime le chocolat ....

 

 

P1010682

 

 

Appelons Ichan comme prévu et demi heure plus tard il est là. Aucun souci nous voici au camping. 

Partager cette page

Repost 0
Published by